À propos

PRÉSENTATION

Contexte et enjeux

La diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique soulève d’importants défis pour le vivre-ensemble et l’inclusion dans les sociétés pluralistes et démocratiques. Alors que les débats publics sont récurrents et dérapent fréquemment sur ces enjeux dans plusieurs sociétés, les milieux éducatifs sont particulièrement interpellés afin de s’adapter à la diversité et de développer, chez leurs personnels, des compétences interculturelles et inclusives pour vivre et œuvrer en milieu pluriethnique.

Au Québec, les universités québécoises ont introduit dès les années 1990 des cours sur la diversité ethnoculturelle dans leurs différents programmes en enseignement. Le gouvernement du Québec en a fait l’une de ses orientations dans sa Politique d’intégration scolaire et d’éducation interculturelle en 1998, et son Plan d’action La Diversité : une valeur ajoutée en 2008. Si cette formation fait l’objet d’un large consensus, le débat persiste dans les milieux éducatifs, au Québec comme ailleurs, quant au degré d’institutionnalisation de ces formations et quant à l’évaluation des compétences et la nature des savoirs, savoir-faire et savoir-être que doivent contenir la formation initiale et continue.

De plus, face à des enjeux souvent similaires ― prise en compte des réalités liées à l’immigration et à la diversité, développement des pratiques d’équité et des compétences professionnelles ― des réponses variables sont données d’une société à l’autre, autant sur le plan des approches théoriques et didactiques que de la mise en œuvre de dispositifs, de politiques, de programmes de formation et de pratiques.

Dans un contexte international et national qui interpelle les gouvernements dans l’élaboration de politiques d’éducation inclusive et interculturelle et de programmes scolaires axés sur les droits de la personne dans nos sociétés pluralistes, la pertinence de suivre les développements dans ce champ de recherches et de politiques publiques est central. Les enjeux de la formation initiale et continue et de l’évaluation des compétences sur la diversité, de même que les besoins de connaissances et de partage des décideurs gouvernementaux, universitaires et scolaires au Québec ont maintes fois émergé lors des événements organisés avec nos divers partenaires depuis 2009.

Origines de l’Observatoire

En réponse à ces besoins et grâce à leur soutien (voir Partenaires et financement), notre équipe a réalisé en 2012 un premier portrait de la formation initiale du personnel scolaire sur la diversité dans les douze universités québécoises. Depuis lors, un Sommet est organisé chaque année dans le but de réunir les formateurs universitaires québécois qui traitent de la diversité dans leur enseignement en éducation (voir Sommets annuels). Ces Sommets ont donné naissance au Réseau québécois des formateurs à la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique en éducation qui regroupe les professeurs-chercheurs et chargés de cours qui enseignent sur la diversité ethnoculturelle dans les différents programmes en enseignement des 12 universités québécoises. Suite à la tenue du troisième Sommet en 2014, la création de l’Observatoire sur la formation à la diversité et à l’équité (OFDE) vise à soutenir le Réseau québécois, notamment via la recherche de financement et la mise en place d’une structure facilitant la réflexion commune sur les enjeux de la formation initiale et continue sur la diversité.

En plus d’être un lieu d’échanges entre chercheurs, décideurs et praticiens, propice à une actualisation permanente des connaissances des formateurs et partenaires sur la recherche innovante dans ce champ, cet Observatoire se propose d’assurer un suivi des développements relatifs à l’enseignement et à la formation sur la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique, au Québec et à travers le monde. Il vise à offrir un service de vigie, de veille et d’analyse sur les débats, travaux, dispositifs et modèles de formation à la diversité et d’évaluation des compétences des professionnels des milieux éducatifs, au Québec et dans les autres pays et provinces. Il effectuera des bilans des développements et innovations dans ce champ, au cœur des missions éducatives et des compétences du XXIe siècle.