Origines de l’Observatoire et du réseau

Origines du réseau et de l’Observatoire

Un réseau québécois, une communauté de pratique, née en 2012

En mars 2009, un premier séminaire de travail intitulé Racisme, antisémitisme et discriminations en éducation : comment transformer les données de la recherche en outils pédagogiques et en pratiques? organisé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) avait fait ressortir un besoin de réseautage en éducation sur ces questions en formation initiale et continue. En avril 2011, les Journées d’étude sur l’éducation inclusive, co-organisées par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), la Chaire de recherche du Canada sur l’Éducation et les rapports ethniques, l’axe 2 Éducation et rapports ethniques du CEETUM et La Fondation de la tolérance avec les praticiens du milieu scolaire (directions d’écoles, conseillers pédagogiques, enseignants et autres professionnels non enseignants) avait fait ressortir le besoin de mettre en place une structure de réseautage pour les professeurs et les chargés de cours en éducation interculturelle dans les universités du Québec. Un premier « Sommet », tenu en 2012, a réuni des professeurs et chargés de cours enseignant les cours obligatoires et transversaux sur la diversité et les rapports ethniques en éducation, a mené à la création d’une communauté de pratique appelé le Réseau québécois des formateurs universitaires à la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique en éducation. Les Sommets subséquents ont permis d’élargir ce réseau au Québec et de créer en 2013 le Réseau international Diversité et Éducation (RIED) avec des collègues de France, de Suisse et de Belgique,

Les sommets sont des rencontres annuelles du Réseau, qui rassemblent entre 50 et plus de 100 professeurs, chargés de cours et partenaires des milieux éducatifs dans ce champ. À la fois réseau professionnel et de recherche, les sommets permettent de créer de nouveaux groupes de travail ou projets au sein de l’OFDE et de soutenir le partage et l’échange sur les pratiques de prise en compte de la diversité dans les cours, les programmes et la recherche dans le domaine.

Les activités courantes du réseau de l’OFDE sur différentes thématiques dans les trois grands axes de l’OFDE prennent la forme de groupes de travail, de répertoires et d’activités de formation, d’échanges et de recherche, animés par (et pour) les membres qui en font partie (voir les axes et les groupes de travail).

Pour devenir membre du Réseau

http://ofde.ca/observatoire/le-reseau/devenir-membre/

L’OFDE est aussi né dans le cadre du projet L’enseignement sur la diversité ethnoculturelle en formation initiale et continue des professionnels de l’éducation dans les universités : développement du champ théorique et pratique, au Québec et dans une perspective comparative, financé par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (M. Potvin, CRSH, Programme de développement Savoir, 2012-2015) et le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Ce projet a analysé le développement et la place qu’occupe le champ de la formation sur la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique en éducation, ses enjeux et défis pour les programmes de formation à l’enseignement au Québec. Le projet comportait trois volets:

1) Une recension de la littérature théorique et empirique internationale de la recherche en matière de compétences jugées essentielles sur la diversité ethnoculturelle pour le personnel scolaire en formation, selon quatre courants: l’éducation inter ou multiculturelle; antiraciste; à la citoyenneté démocratique et aux droits; inclusive.

2) Une cartographie des cours portant sur la pluriethnicité dans les programmes de formation initiale à l’enseignement des universités québécoises, qui a permis de dresser le premier portrait de cet enseignement au Québec et d’effectuer une analyse curriculaire approfondie et comparative des cours.

3) La constitution d’un réseau de formateurs universitaires, qui mobilise les forces vives oeuvrant à la formation du personnel scolaire sur la diversité.